Pourquoi un forfait conseil jeune maman ?

avec Pas de commentaire

Bonjour tout le monde. Si vous avez pris le temps de découvrir mes prestations conseil, vous aurez noté l’existence d’un forfait spécialement destiné aux jeunes mamans. Pourquoi cette attention ? Je vous en dis plus aujourd’hui.

La grossesse : tout part de là

Cela fait de nombreuses années que je m’intéresse au conseil en image, au relooking, sans jamais avoir songé en faire mon métier. Simplement par intérêt personnel, et parce que je trouvais incroyable que l’on puisse (se) faire du bien grâce aux vêtements, au maquillage, à la coiffure. Des domaines qui m’ont toujours attirée sans que j’arrive à me projeter professionnellement en eux.

Et puis une période d’inactivité et surtout l’arrivée de ma fille ont tout changé. Déjà au cours de la grossesse, j’ai été plus atteinte que je ne le pensais par deux points :

  • mon ventre qui s’arrondissait : avant d’être enceinte, je ne m’inquiétais pas de la transformation physique, c’était la bonne marche des choses, incontournable et synonyme de vie, je ne voyais pas où était le problème. Pour une fois que je pouvais prendre du poids sans culpabiliser ni cacher mon ventre, trop heureuse ! Mais quand on vit cela, le changement inéluctable, associé aux petites douleurs physiques, la rapidité de l’évolution de ce corps, ce n’est pas pareil. Je n’arrivais pas à être aussi détachée qu’en début de grossesse. En plus, je sentais que ma démarche en était affectée, que mes gestes devenaient lourds et maladroits, bref je n’étais plus vraiment moi-même, et cela me faisait peur. C’est pourquoi il y a très peu de photos de moi enceinte, je ne m’assumais pas du tout dans cette « autre » personne.
  • le manque de vêtements : je sais que cela peut paraître superficiel, mais je suis très attachée aux vêtements et j’aime diversifier mes tenues, je n’aime pas la monotonie. Et cela m’est apparu encore plus flagrant pendant ma grossesse. Ne plus pouvoir mettre mes vêtements préférés, même temporairement, m’attristait. Je n’ai pas acheté non plus beaucoup de tenues dites de grossesse parce que je trouvais que c’était très cher pour quelque chose que je ne porterai que quelques mois. De plus, ne travaillant pas, il n’était pas nécessaire de varier les tenues. Et puis l’essentiel du budget était consacré à l’arrivée du bébé, donc ma penderie passait après. De fait, j’ai donc porté pendant des mois les mêmes fringues, semaine après semaine, jusqu’à les user jusqu’à la corde, littéralement. A la fin, je ne pouvais plus voir en peinture certains t-shirts ou pantalons.

Cela m’a fait prendre conscience que l’on n’est jamais bien préparée à cette étape majeure qu’est la grossesse pour une femme. D’un point de vue médical, on est abreuvé d’informations, les futures mamans sont observées sous toutes les coutures, analysées, questionnées, parfois réprimandées. D’ailleurs, même s’il s’agit d’un autre débat, cette multiplication des visites médicales et des analyses, bien que bénéfique, participe aussi, selon moi, à la dépersonnalisation de la femme, qui n’est qu’une patiente de plus, un cas à suivre, un utérus. Heureusement que les cours de préparation à l’accouchement m’aidaient, eux, à me reconnecter à moi-même.

Bref, 9 mois dans la peau d’une autre, ça laisse des séquelles. Et c’était loin d’être terminé après l’accouchement.

pregnant-393364_1280

La maternité : qui suis-je ?

Voilà je suis devenue une maman. J’ai troqué mes tops larges contre des hauts pour allaiter, mouais, c’est pas encore la joie, mais au moins je peux commencer à remettre certains vêtements de ma « vie d’avant ». Pourtant il m’arrive parfois d’être perdue au moment de m’habiller.

Perdue parce que je ne sais plus ce qui me va avec ce corps qui a encore changé. Perdue parce que je n’ai pas le temps de chercher la tenue qui me ferait du bien ce matin, toute occupée que je suis à pouponner. Perdue parce que je trouve que ma penderie est toute fade, trop grise par rapport au bonheur de 50,5 cm qui envahissait mon cœur. Perdue parce que, sans aucune perspective professionnelle, j’ai l’impression de n’être que la femme de, la maman de, et pas moi, Marina. Perdue parce que je trouve que les gens ne me regardent plus pour ce que je suis, mais pour ce que je représente. Perdue parce que pour certains, je n’existe plus vraiment, je sens bien que ma présence leur importe peu.

A lire tout cela, vous vous dites que c’est un bien triste tableau, mais en fait, non, rassurez-vous. Je garde plutôt de beaux et doux souvenirs de cette période, je n’ai pas fait de baby blues, c’est juste que, comme beaucoup de mamans je crois, je me suis cherchée, et j’ai eu du mal à trouver ma place, ce qui m’a amenée, un peu plus tard, à réfléchir à ce qui pourrait faire du bien à une femme, qui se trouve être, entre autres, maman.

Le conseil en image : dès le départ, penser aux mamans

Quand j’ai réfléchi à mon offre, j’ai tout de suite voulu accorder une place particulière aux jeunes mamans. Je me suis dit que j’avais été déstabilisée par cette nouvelle identité et ce nouveau physique, que je n’étais sûrement pas la seule et qu’il fallait proposer ce que je n’avais pas trouvé à l’époque où j’étais traversée par toutes ces émotions. Pour être quand même sûre de partir dans la bonne direction, j’ai questionné mon entourage, bien évidemment surtout les mamans, une amie sage-femme et arpenté les forums. C’est un peu tabou, parce qu’on se focalise avant tout sur la santé de son enfant, et parler « chiffons » n’est pas la priorité, voire un sujet qu’il vaut mieux éviter si l’on ne veut pas recevoir de remarques culpabilisantes.

Pourtant, force est de constater que gérer une image de jeune maman est compliqué. Professionnellement, socialement, les jeunes mamans sont perçues différemment, quasiment du jour au lendemain. Au travail, soit cela met un frein à leur carrière, soit on attend beaucoup plus d’elles, comme si la maternité était une compétence acquise au profit du travail. Vos amis, vos parents, les nullipares, tout le monde semble s’être fait une nouvelle opinion de vous. En bien ou en mal, peu importe, mais vous avez changé aux yeux des autres et du coup vous ne savez plus trop si vous devez entrer dans ce rôle pour contenter la société ou au contraire partir dans la direction opposée. J’ai entendu une femme qui n’osait plus porter de Doc Martens après son accouchement sous prétexte que ça ne faisait pas maman 0_0 Mais on s’en fiche ! En quoi « faire maman » fait de nous de bonnes mamans ?

Voilà pourquoi j’ai créé le Forfait Jeune Maman : pour aider celles-ci à se recentrer sur elles-mêmes, pour se faire du bien, se retrouver, sans culpabiliser. Certaines se font masser, pomponner, d’autres préféreront passer par un conseil en image. Pour apprendre à vivre avec ce nouveau corps, à dompter ses petits défauts, à le mettre en valeur. Pour renvoyer l’image d’une maman, certes, qui est aussi une femme, une amoureuse, travailleuse, copine, coquette, fière ce qu’elle a accompli… quel que soit le message que vous souhaitiez faire passer, on y arrivera ! Dire au monde que « maman » ce n’est pas une personnalité, c’est une nouvelle facette qui vient s’ajouter à toutes celles qui font de vous une SUPER femme ! Un relooking vestimentaire pour un relooking moral quelque part.

baby-216180_1280

 

Et vous, comment avez-vous perçu votre image de maman ? Avez-vous senti un changement de regard chez les autres ? Vous regardez-vous différemment, en positif ou en négatif ?

 

Répondre

Pas d'inquiétude ! Toutes les données personnelles vous concernant que nous recueillons sont traitées avec la plus stricte confidentialité, conformément aux dispositions de notre politique de protection des données personnelles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.