Ces basiques que je n’ai pas #3 [penderie sans complexe]

avec Pas de commentaire

Bonjour tout le monde 🙂 Après les hauts, les bas, voici le dernier épisode de la penderie sans complexe, ou plutôt le « shoesing » sans complexe. Et oui, même nos petons se doivent de posséder quelques basiques, et une fois encore, je ne suis pas en mesure de cocher toutes les cases. On fait le tour du propriétaire et vous me dites si vous avez plus de points que moi ? C’est parti !

 

Les escarpins noirs

LA chaussure à talon basique par excellence, c’est l’escarpin noir. Et je n’en ai pas. Bouhouhou, la nulle ! Attendez, j’ai bien des chaussures noires à talons, avec la forme simple de l’escarpin, MAIS, moi, mes chaussures ont des paillettes. Et oui, je n’aime pas faire simple. Et j’aime les paillettes. Et les chaussures. Donc des paillettes sur des chaussures, je ne pouvais pas y couper !

J’ai eu des chaussures noires à talons, une paire assez sophistiquée que je portais aux grandes occasions, et une autre toute simple, que j’avais achetée en vue d’entretien et qui est sagement restée dans sa boîte pendant… hum… 8 ou 9 ans. Je ne les ai JAMAIS portées. Trop basiques, trop femmes, trop bof, trop passe-partout, bref je leur trouvais tous les défauts et j’arrivais toujours à dégoter une paire plus sympa. Donc j’ai arrêté d’acheter des escarpins noirs pour remplir mes étagères. Tandis que mes chaussures à paillettes, elles, je les adore, elles me mettent vraiment en joie, elles sont à portée de main, je ne risque pas de les oublier.

Soldes

Les motardes

Qu’est-ce que j’en ai passé des heures, à chercher la botte motarde parfaite ! Une quête sans fin. Je n’ai jamais trouvé la paire qui réunissait tous les critères (et en matière de mode, je ne fais pas de concession). La plupart du temps, je trouvais que cela faisait de grands pieds. Ou que c’était trop chargé en détails rock (même si j’aime le registre rock, j’aime aussi la sobriété) avec force clous, trous, lanières et/ou cuir ultra patiné. De plus ces bottes sont souvent trop chères pour ma bourse (difficile d’en trouver à moins de 120€) ou bien leur aspect ne fait pas qualitatif. Il y a aussi celles qui se disent motardes mais qui sont beaucoup trop sages et là on perd totalement l’esprit. Résultat des courses : aucune motarde à l’horizon, et je me suis auto-convaincue que ce n’était pas pour moi, voire passé de mode.

 

Les derbies

Je sens que le combat des motardes reprend forme à travers la derbie : ce soulier plat plutôt emprunté au dressing masculin est incontournable depuis quelques saisons. Je ne suis pas insensible à leur charme, mais je n’ai pas encore trouvé le modèle qui fera battre mon cœur. C’est rarement un problème de prix (pour une fois !) car c’est une chaussure plutôt abordable mais soit elles ont un aspect un peu grossier, soit elles sont allées trop loin dans le côté masculin, soit je sèche sur les combinaisons à créer avec mes tenues, soit elles paraissent inconfortables, le comble pour une chaussure plate. Mais je ne désespère pas, je finirai bien par shopper l’élue ! [EDIT : et finalement, ouiiiii, j’ai trouvé la bonne paire ! Et même 2 bonnes paires, haha !]

Basiques_derbies

Les bottines en daim

Je les trouve charmantes ! Un effet décontracté mais élégant, naturelles et mignonnes, non vraiment je les aime bien. Sauf que mon petit côté pragmatique s’éveille à leur vision. En effet, j’ai eu par le passé des bottines en daim, que j’adorais, qui étaient confortables, mais pour une chaussure dédiée généralement à la mi-saison, elle supporte bien mal les journées pluvieuses pourtant courantes sous nos latitudes. Et oui, bonjour l’entretien : ne pas sortir en cas de pluie, attention aux éclaboussures de boue, éviter les flaques… De vraies princesses sous leur allure abordable. Donc j’ai arrêté, c’est aussi simple que cela.

 

Bonus printemps été 2016 : les baskets blanches

On les voit partout, de marque ou pas, avec des détails colorés, argentés, dorés ou pas, à lacets ou à scratch. Le choix ne manque pas mais je ne suis pas encore conquise à 100%. Vous me direz, c’est récent, normal, toussa toussa. Et j’avoue que j’ai bien envie de craquer. Mais j’ai encore quelques freins. Soit c’est le côté très sportswear qui m’embête, soit c’est aussi une question d’entretien (appelez-moi Monica Geller). Bah oui, le blanc, que ce soit du cuir ou une matière synthétique, ça marque tout de suite. Ajoutez à cela le fait que j’ai une enfant qui me marche régulièrement sur les pieds, que la poussette aux roues noires s’arrête fréquemment sur mes pieds elle-aussi, que je marche tantôt sur l’asphalte tantôt sur des chemins de terre et vous pouvez aisément imaginer l’état de mes baskets au bout d’une semaine. Moi je veux du pratique, du facile à vivre et je sais que je risque de focaliser sur la moindre tâche qui viendrait gâcher ce blanc pur. Je réfléchis donc parce que quand même, elles me font de l’œil. Ou si vous avez un moyen infaillible pour que je vive en paix avec la blancheur… [EDIT 2 : j’ai finalement craqué pour des Stan Smith au cours des soldes été 2016, et on peut dire que je les ai vraiment adoptées au quotidien et par tous les temps ! Comme quoi, tout arrive !]

 

Et vous, quelles chaussures basiques vous manque-t-il ? Vous êtes plutôt semelles plates ou talons ? Vous aussi vous êtes maniaques ? 😉

Répondre

Pas d'inquiétude ! Toutes les données personnelles vous concernant que nous recueillons sont traitées avec la plus stricte confidentialité, conformément aux dispositions de notre politique de protection des données personnelles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.