Ces basiques que je n’ai pas #2 [penderie sans complexe]

avec Pas de commentaire

Bonjour bonjour. La forme ? Comme promis, voici la suite de mes aventures pour décomplexer nos penderies : vous le savez depuis ce premier article, quasiment tous les blogs mode, magazines féminins et autres émissions de relooking nous sortent la liste des basiques à avoir ab-so-lu-ment pour se composer un style d’enfer et posséder le plus infaillible des dressings.

Mais moi, par choix, pour des raisons budgétaires, par éthique, parce que je ne les ai pas encore trouvés, il y a certains basiques que je n’ai pas, alors aujourd’hui, attaquons le deuxième épisode.

La jupe crayon

La jupe crayon je la trouve d’une classe folle, je lui reconnais un don pour sublimer les femmes. Associée à des talons aiguilles, elle fait naître en nous la femme sophistiquée, fatale, bien dans son âge et confiante. En écrivant ces mots, je me dis qu’en fait, c’est peut-être pour tout cela que je ne l’ai pas dans mon armoire. Peut-être que je place cette jupe sur un piédestal et que j’ai du mal à lui faire une place de simple basique. Alors que jusqu’à présent, je pensais que c’était surtout parce que ma morphologie ne lui rendrait pas grâce (je suis plutôt A, et je n’assume pas toujours mes hanches et mes cuisses).

Jupes crayons

La jupe en cuir noire

A vrai dire je suis assez étonnée de découvrir cette jupe parmi les basiques. Je ne la trouve pas si anodine ni facile que ça. Trop courte, ou mal associée au reste de la tenue, elle peut vite faire vulgaire. Bien sûr, beaucoup de femmes savent éviter cet écueil, mais je suis quand même prudente avec cet article. Et pour moi, c’est aussi une question d’éthique, puisque comme pour le blouson en cuir, en tant que végétarienne, je rechigne à porter des vêtements issus de l’animal.

Cependant je confesse détenir une jupe courte avec des détails simili cuir, on peut donc considérer que j’ai la moitié des points pour ce basique, non ? 😉

Le short en jean bleu

Encore une fois, cette pièce hyper décontractée est bien pratique, mais j’estime que porter un short avec mes cuisses ne serait pas très respectueux pour mes jambes, mon moral, le short lui-même et les autres ! Mais encore une fois, j’avoue en avoir un blanc, ni trop long ni trop court, que je sors uniquement les jours de plage et/ou de forte chaleur.

Le pantalon de tailleur

Je crois qu’aujourd’hui, l’article aurait pu s’intituler « non mais en fait si » car je n’ai pas réellement de pantalon de tailleur, MAIS j’en ai un coupé 7/8è, c’est-à-dire qui remonte juste au-dessus des chevilles. J’ai eu des pantalons de tailleur, bien pratiques pour des baptêmes, des fêtes de fin d’année habillées, des entretiens pro. Mais comme j’aime avoir une touche rock dans mes tenues, j’ai estimé que le tailleur pantalon était en contradiction avec cet esprit. Bon ça se discute en fait, encore une fois, c’est une question d’association, mais pour ça, il a fallu que j’apprenne à sortir de mes habitudes et que je m’ouvre à d’autres modèles féminins. D’où l’achat de ce pantalon 7/8è, un pantalon de tailleur un peu moins sérieux que son homologue plus long, mais qui fait bien l’affaire quand on veut éviter le jean. Ce pantalon, j’aime bien le porter avec des escarpins à paillettes, histoire de lui enlever son air grave tout en restant chic 😉

Pantalon tailleur

Un sac de luxe

Vous l’aurez deviné, le problème vient du mot « luxe ». Je sais bien que le luxe fait rêver, qu’il est une valeur sûre, voire un bon investissement. Mais sans parler de mon budget perso, comment peut-on dire aux gens qu’ils se doivent d’acheter à un moment de leur vie un sac de créateur reconnu ? Comment peut-on aller jusqu’à donner mauvaise conscience à ceux qui n’ont pas d’argent à consacrer à cela ? Qui ont fait le choix de donner la priorité à leur toit, leur santé, leurs enfants, leurs vacances ? Je sais bien qu’on peut toujours se le faire offrir (enfin bon, je ne sais pas vous, mais je ne me vois pas demander à mes proches qui ont des contraintes budgétaires aussi de me payer un sac), qu’on peut se l’offrir à soi-même après une victoire personnelle, qu’on peut le prendre en seconde main, oui on trouvera toujours un prétexte pour nous faire acheter un sac luxueux mais bon, moi ça me pose problème de mettre 200, 700, 1000 euros dans un sac alors qu’on en trouve de très bien pour moins de 100 euros.

Et sans vouloir en remettre une couche, les sacs les plus luxueux sont souvent créés à partir de cuirs véritables… vous voyez où je veux en venir.

La prochaine fois, pour terminer cette série, on parlera chaussures. Pfiou, ces fous comme ces basiques prennent de la place en fait ! 😉 Et vous, vous les avez ces basiques ? Quels sont ceux que vous n’avez pas ? Cela vous complexe ou vous vivez très bien sans ?

Répondre

Pas d'inquiétude ! Toutes les données personnelles vous concernant que nous recueillons sont traitées avec la plus stricte confidentialité, conformément aux dispositions de notre politique de protection des données personnelles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.